Mon inventaire à la Prévert

Mon inventaire à la Prévert, avril 2020, en plein confinement.

Un paysage d’hiver
Une heure d’été
un Zèbre dans le sac
Huit roses à la verticale
Saept sages au Palais fédéral
et des milliers d’heures
à se confiner

Un banc un arbre une rue
Des oiseaux dans un nid
Une brassée de roses
Un foulard en soie
Des sacs d’un autre temps
Une médaille une vache
Des maillons faibles ou non
Un beige caramel
Un sang d’encre
Un Chanel deux Hermès
Et sept jours sur sept à s’inventer
Une nouvelle réalité

Des mois de vacances
Un trèfle à quatre une coccinelle
Avec un peu de chance
Des consignes des ordonnances!
La folie des distances
Une valse à mille temps
Un masque pour franchir le pas
Et un peu d’amour au milieu

Deux chaines argentées trois colliers dorés
Une aumônière pour une infirmière
Trois montres en noir et une en bleu
Douze coup de minuits
Des mules Gucci pour Cendrillon
Un prince qui voit de l’air
Et oui de l’air bon Dieu de l’air

Trente-trois jours sans pluie
Des carrés des ronds des losanges
Le blues
Une vache à tête plate oh la vache
Une théorie du complot
Et ainsi font font font
Trois petits tours et puis s’en vont
Les illusions les regrets les projets
Un virus
Un minus pour des états désunis
La vie la mort
Et la vie la vie



Dernier Posts